Voyager au Vietnam

Dernière aventure de la TransAsiatique, le Vietnam a été notre parfait bouquet final ! Dans ce pays, tradition touristique et fatigue aidant, nous avons modifié un peu nos méthodes. Nous avons eu quasi systématiquement recours a des tours organisés et guidés pour nos visites. Ceci s’explique aussi par le fait que les points d’intérêts peuvent être isolés et peu accessibles.

Malgré tout, nous avons continué à avoir recours a des prestataires locaux pour notre plus grand plaisir (on se souvient de guides hauts en couleurs, pas de quoi s’ennuyer !). Tout nous a charmés dans ce pays : les gens, les paysages, la culture… nous avons même eu une chance inouïe avec la météo, en étant relativement épargnés par la pluie et par les trop grosses chaleurs.

C’était donc la destination idéale pour compléter une collection de souvenirs déjà bien fournie. En plus, le Vietnam a été fortement influencé à certaines époques par la culture hindoue, ce qui est inédit pour nous, et c’est le seul peuple que nous ayons rencontré dans ce voyage qui soit parvenu a repousser les Mongols, échappant par là-même à leur domination !

* Les 10 choses qui nous ont le plus marqués

– Les rizières en terrasses parsemées de petits villages dans le nord du pays. Ces paysages de carte postale célèbres dans le monde entier sont vraiment incontournables !

15_09_08 buffle
Un buffle (si vous vous posiez la question)

 

– L’accueil touristique par les habitants de ces villages issus de minorités ethniques (Hmongs, Dzai…). Les micro-structures écotouristiques et auto-gérées sont légions dans cette zone et nous avons été ravis d’y recourir !

– Notre bovidés-thèque du voyage, déjà très fournie, s’est encore enrichie grâce a la rencontre avec les buffles dans le nord et une race de vaches dans le centre que nous nommerons au nom de la science « vaches-avec-de-la-peau-qui-pend-sous-le-cou ».

– Partout dans le pays mais plus particulièrement a Hanoï, les deux-roues motorisés ou non sont a l’origine d’un certain niveau de stress permanent. Selon des locaux « ça parait dangereux mais cela ne l’est pas vraiment, en fait quand on est dedans on se sent comme un poisson dans une rivière… ». Indéniablement, la maîtrise technique est impressionnante, mais on est quand même bien contents d’avoir rendu nos scooters de location indemnes :D Après tout le taux de mortalité sur la route est dans ce pays l’un des plus élevés du monde (quatre fois celui de la France)

15_09_15 scoot
L’inconvénient du scooter, c’est qu’il est difficile de conduire en croisant les doigts…

 

– Les temples hindous millénaires de My Son hérités de l’empire Champa en pleine forêt tropical au centre du pays, ou le sentiment de basculer dans un autre monde… la visite qui donne envie de ne pas s’arrêter de voyager et de continuer vers l’ouest !

– Les singes sauvages de la presqu’île de Nui Son Tra (écrit sans les 17 accents qui vont avec), croisés avec grand plaisir lors de notre dernier jour de voyage :)

– Les Vietnamiens debout à cinq heures, déjà sur le chemin du travail ou pratiquant leur gymnastique matinale ! Nul besoin de préciser que vu le bruit d’un scooter lancé à plein régime, vous êtes réveillés en même temps qu’eux.

– La prononciation des mots vietnamiens : il existe six manières différentes de dire une syllabe en fonction des accents qui complètent les caractères (par comparaison, en mandarin, langue célèbre pour la même raison, c’est « seulement » quatre)… très difficile pour une oreille étrangère de saisir les nuances !

–  Emblème incontestable du pays et de son peuple, les chapeaux coniques parfaitement adaptés au soleil et a la pluie accompagneront tous nos souvenirs du Vietnam :)

15_09_18 chapeau
Pêcheuse sur la rivière Thu Bon – Hoi An

 

– Palmiers, sable blanc, vagues aux rouleaux d’écumes photogéniques, une paille plantée dans la noix de coco après la baignade… la « Hidden Beach » de Hoi An nous a fourni un excellent décor pour savourer paisiblement nos derniers instants asiatiques. Un moment qui restera longtemps gravé dans nos mémoires !

* Nourriture

Pour une fois, grâce a notre tour guide des stands de rue proposant de la nourriture a Hanoï (ou « Street Food »), nous sommes capables de vous donner beaucoup de noms vietnamiens (sans les accents encore une fois) des petites merveilles que nous avons découvertes au Vietnam !

Bun Cha : c’est le petit déjeuner habituel des habitants d’Hanoï, il s’agit de nouilles avec du porc grillé dans le bouillon, le tout agrémenté d’un peu de verdure

Kem Com : c’est de la glace de grains de riz en pousse appelé « riz vert », surprenant sur le papier mais excellent au goût !

Banh Cuon : des champignons hachés roulés dans une très fine pâte de riz (translucide) préparée comme une crêpe.

Banh Trang Tron : un assortiment de crevettes, calamars, chau et riz sautés sur un lit de feuilles de riz frites, c’est l’en-cas favori des étudiants de Hanoi !

Tra Chanh : thé au citron glacé

Bo Bia : galette roulée au sucre de canne… un délice.

Banh Goi : chaussons (frits, tant qu’à faire…) à la viande

15_09_17 bouffe
Tiens, une marmite de coquillages

 

 

-Che : crème sucré, lait de coco et morceaux de fruits ou riz noir. Attention, ceci est une version très soft, car on en a aussi mangé non sucré, sans coco mais avec des fèves de haricot et des lentilles. Ça rend pas pareil.

Banh My : l’équivalent du kebab au Vietnam, le pain est similaire à celui qu’on trouve en France (mais se dégrade rapidement, à manger frais et chaud de préférence).

Ca Phe Trung : le fin du fin, ça vaut l’aller et retour au Vietnam juste pour avoir le privilège d’y avoir goûté, il s’agit d’un café mélangé avec un œuf et du lait concentré

En-dehors de ce tour (parfaitement, nous avons mangé une portion complète de chacun des plats ci-dessus en trois heures), nous avons découvert d’autres spécialités :

Pho, un grand classique, il s’agit de nouilles plates accompagnées de morceaux de poulets, de bas morceaux de viande en générale, ou de tripes (bon celui-là on a pas eu le courage… des tripes juste avec du bouillon ça a une tête patibulaire quand même).

Cao Lau : une spécialité de Hoi An, couenne de porc frite… avec des nouilles.

– Nous nous sommes également gavés d’excellents fruits de mer à plusieurs reprises, et ce n’est pas tous les jours qu’on achète un kilo de coquillages pour 4€… Les Vietnamiens cuisinent aussi les escargots pour notre plus grand plaisir.

– Enfin les chaussons de pâte de riz (très) gluante cuits dans une feuille de bananier et farci aux champignons, poisson…

 

* Budget

Avant tout pour se représenter la situation il est assez essentiel de savoir qu’un € est équivalent à… 25 500 Dongs.

Nous n’avons pas fait de stop au Vietnam étant donné que nous étions trois, qu’une écrasante majorité des véhicules sont des deux roues, que nous étions fatigués, qu’il pleuvait, qu’il y avait trop de soleil, qu’on était pressés… bref, vous essaierez à notre place ;)

Quoi qu’il en soit les transports au Vietnam sont très abordables, environ 1000 Dongs du kilomètre. À noter que dans notre expérience, l’avion, le train et le bus se tiennent dans les mêmes ordres de prix, même si le bus reste souvent un peu moins cher.

Les découvertes gustatives longuement développées dans la partie précédente sont accessibles à toutes les bourses à condition d’être un visiteur averti et de ne pas payer cinq fois le prix. De ce point de vue les Vietnamiens sont bien plus malins en affaire que nos amis d’Asie Centrale : ils ne proposeront jamais des prix aberrants, et resteront sur des tarifs légèrement inférieurs aux standards occidentaux… marchandage obligatoire sauf si vous êtes des adeptes du don (exemple : régulièrement les touristes se voient proposer des petites boules de pâte frite sucrée entre 10 et 20 000 Dongs l’unité, lorsqu’un Vietnamien les achètera 1500 à 2000 Dongs). Nous développerons notre vision du « juste prix voyageur » ultérieurement dans un article spécifique.

Quant au logement, on a la chance au Vietnam de pouvoir se loger avec des prestations que nous ne qualifierons pas seulement de « correctes » mais plutôt de « carrément gaulées » pour 250 000 Dongs pour trois personnes (c’est-à-dire chambre récente propre avec lit trop grand dans toutes les directions, air conditionné, salle de bain privative, télévision, wifi, balcon, personnel d’accueil au top, mise à disposition de vélos incluse…). Bien difficile de comprendre les touristes qui choisissent un hôtel 4 étoiles dans ce pays !

15_09_15 bateau
Chantier de bateaux à Kim Hong, le village des charpentiers – Hoi An

 

* Conclusion

Au Vietnam, nous avons eu essentiellement recours à des excursions organisées localement par l’intermédiaire des hôtels où nous nous sommes arrêtés ou des agences directement. C’est la première fois que nous adoptons ce fonctionnement au cours de la TransAsiatique, et il faut admettre qu’en plus d’un tarif abordable et d’une économie d’énergie considérable, il est très appréciable d’avoir accès à des explications en anglais et de pouvoir poser des questions !

Nous avons également réalisé quelques balades à la journée à vélo ou scooter, avec un prix de location également incitatif (80 000 Dongs/vélo/jour, 140 000 Dongs/scooter/jour). Cependant, on était contents de se dire qu’on avait une bonne assurance de voyage…

Le tout pour visiter un ensemble incroyable de paysages, héritage historique et culturel, activités traditionnelles, minorités ethniques, qui resteront dans nos mémoires comme une expérience vraiment exceptionnelle. Le Vietnam, nous y retournerons, ne serait-ce que parce que nous n’en avons visité que la partie nord et centrale :)

Tam Biet !

15_09_15 lanternes
Nous espérons que cet article aura éclairé votre lanterne !

Répondre à Pascale CRF Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>