Aux pieds du Pic Lénine : trek à 5 numéro 2

Après une bonne nuit de bus pour arriver à Bichkek, nous pouvons enfin récupérer nos visas chinois ! Cette fois c’est bon ! Nous ne perdons pas de temps et nous nous mettons en route pour Osh via un rapide vol intérieur.

Nous passons une nuit à Osh, le temps de faire les courses pour 8 jours d’autonomie à 5 dans la vallée d’Alaï, sur les premières pentes du pic Lénine. Pour certains c’est la promesse d’afficher un “7000” à leur palmarès, pour notre petit groupe c’est plutôt la perspective réjouissante d’une grosse semaine sur une magnifique montagne pour acquérir de l’expérience.

C’est parti pour 3h de route suivies de 2h de 4×4 pour arriver au camp de base juché à 3500 mètres d’altitude dans un paysage de collines pâturées.

lénine 15_07_27

Lison, Joris et Philippe partent le lendemain au camp 1 à 4400m alors que Thibaut et Camille restent au camp de base pour assister le lendemain au festival de jeux équestres (et yackestres !) traditionnels kirghizes qui se déroule sur les rives du lac Tulpar en face. Pour l’aller nous transformons un salarié de l’agence de trek la plus proche en taxi, ce qui nous vaut d’être invités à partager un excellent thé-pain-beurre maison dans sa yourte, où sa femme est en train de confectionner une tenture caractéristique de cette habitat sur un appareil à tisser très simple et efficace.

15_07_25 tissage

Cette journée sera riche en découverte et émotion : ce n’est pas tous les jours que l’on peut assister à une partie d’Ulak Tartysh (deux équipes de cavaliers s’affrontent, le but étant de mettre une carcasse de mouton dans le but de l’adversaire constitué de 3 pneus de camion empilés) ! Sans parler de la lutte à dos de cheval et à dos de yack, des courses… La douceur estivale (pluvieuse) ayant fait enfler l’impétueuse rivière locale, l’évènement nous a également valu une traversée de rivière à cheval pour rentrer au camp !

bouzkachi 15_07_25

Le soir Joris et Lison nous rejoignent au camp de base, suivis le lendemain matin par Philippe et nous montons tous ensemble au camp 1 avec toute la nourriture.

Les agences sont omniprésentes et tout est très organisé, difficile, à par le manque de souffle, de réaliser que nous sommes à 4400m. Toilettes, lavabo, tentes alignées au cordeau, tentes “petit-déjeuner” tout y est ! Mais la vue sur le Pic Lénine et son glacier n’en est pas moins grandiose !

15_07_27 glacier

Le réveil sonne à 3h30 : il ne s’agit pas de manquer le départ de la mythique Lenin Race ! Nous regardons les coureurs s’élancer en baskets vers l’arrivée 2000 mètres plus haut… avant d’aller nous recoucher. Second réveil plus tardif, et pour acclimatation essentiellement, nous gravissons dans les cailloux un sommet qui nous fait de l’œil, 5075 m d’altitude ! Une jolie congère nous accueille au sommet pour l’ambiance, et quelques photos s’impose : pour la majorité d’entre nous c’est la première fois que nous allons si haut.

Le lendemain, à l’assaut du camp 2 à 5400 m.  Pour cela nous devons franchir 1000 mètres sur la face nord du Lénine bien crevassée, mais tracée et retracée (et même équipée de cordes fixes sur les ponts de neige les plus scabreux !). Superbe, parfois spectaculaire, bien que très éprouvante montée ! Le camp est logé sur le flanc de la montagne juste devant des séracs magnifiques. Nous soufflons comme des forges, heureusement un peu d’exercice nous attend encore pour bien récupérer : une heure de pelletage pour planter la tente. Malheureusement, Philippe qui couve quelque chose ces derniers jours, est resté au camp 1 pour se refaire une santé. Nous autres passons la nuit au camp 2, sous la neige ! Pas loin de 10 cm sont tombés cette nuit-là. Au petit matin, il neige toujours et le brouillard est là. Nous entendons et voyons les premières avalanches qui ne passent pas très loin de la trace, nous décidons de redescendre rapidement au camp 1 avant que les conditions ne se dégradent encore plus. Nous renonçons au passage, avec un petit pincement au cœur, à l’ascension du pic des 30 ans de l’URSS (sic), là, juste au-dessus de nous !

camp 2 15_07_29

Ce passage par un “vrai” camp d’expédition, coupé en deux par une rimaye, avec cette fois des toilettes vraiment très publics et sa source gelée tous les matins (une demi-heure à prendre la douce fraîcheur matinale en regardant la neige (ne pas) fondre dans la popotte, c’est beau), restera un moment mémorable et un temps fort de la TransAsiatique !

Une fois redescendus, nous enchainons avec la descente vers le camp de base pour repartir le lendemain (-2000 mètres dans les genoux avec les sacs ça picote !). En effet, vu le temps, pas la peine de se mouiller davantage. Un bon repas sous une yourte vaut mieux que des noodles prises sous une tente mouillée !

Nous repartons de cette vallée avec de magnifiques images en tête, et surtout une première expérience de la très haute montagne inoubliable ! Finalement nous avons pu profiter d’une fenêtre météo qui nous a laissés monter jusqu’au camp 2 et admirer les magnifiques montagnes environnantes dans toute leur splendeur ! Le Lénine attire toutes les convoitises, mais que de projets à réaliser dans ce secteur où chaque sommet est plus joli que l’autre. À noter qu’avec un objectif 7143 mètres, 3 semaines sont nécessaires pour une acclimatation optimale.

15_07_28 pic transasiatique

Retour vers Och, déjà la dernière soirée à 5, le lendemain Joris et Lison rentrent à Annecy retrouver les Alpes ! Super séjour en leur compagnie !

Retrouvez les photos ici.

Ne manquez pas le prochain épisode de Sport’Trait d’Asie avec un retour sur le festival de sports traditionnels, sur la Lenin Race et une autre surprise Sourire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>