Chengdu

Après quelques heures de bus direction Chengdu, capitale du Sichuan, nous avons pu observer le changement de climat (de la pluie ! ça faisait tellement longtemps qu’on avait oublié que ça mouillait !) et donc de végétation. En effet elle est devenue très luxuriante, transformant le paysage en un magnifique patchwork de verts, ça contraste avec les steppes, les prairies sèches et les déserts que nous avons longtemps côtoyés. Quelques terrasses font leur apparition autour des villages, les vergers regorgent de mangues et le bambou pousse en forêts, le dépaysement est au rendez-vous !

15_08_18 chengdu pluie
Ici l’été, il pleut.

 

Sous la pluie donc nous arrivons dans cette immense ville où nous regagnons notre auberge de jeunesse et nous préparons à prendre une journée de repos connecté.

C’est l’occasion d’un passage au temple Wenshu, qui s’avère très intéressant car dédié au bouddhisme zen, il comporte un jardin forestier où toute l’agitation de la ville semble un lointain souvenir tant on y respire le silence et le calme. Ce temple est entouré de gargotes qui proposent les fameuses fondues chinoises (on y trempe des brochettes de viandes, de champignon ou de légumes dans l’huile bouillante), ce qui ne manque pas de retenir notre attention, jusqu’à ce que nous réalisions que cette huile est en réalité un concentré de piment à vous faire sortir les yeux des orbites ! Nous nous rabattons sagement sur des nouilles. C’est bon les nouilles (attention, dans le Sichuan elles sont aussi très bien soignées niveau épices).

15_08_17 temple chengdu
Un aperçu du temple Wenshu

 

Afin de clore notre passage à Chengdu par une apothéose de couleurs et de lumières, nous décidons de passer la soirée à l’opéra du Sichuan. Nous sommes accueillis dans une maison de thé attenante où nous patientons en dégustant un délicieux thé au jasmin. Nous allions presque oublié de partir pour aller assister à la représentation, heureusement le mouvement des autres spectateurs nous a rappelé à l’ordre.

15_08_17 thé chengdu
À l’opéra en Chine, on ne plaisante pas avec l’accueil.

 

Cet “opéra” n’a rien à voir avec l’opéra tel qu’on le connait en France. Pas de Castafiore en 5 actes, mais une bonne heure de spectacle contant le récit de l’histoire de Chengdu, avec des costumes à couper le souffle, des arts martiaux, numéros en tout genre, cracheurs de feu, ombres chinoises, danses, musiques, sans oublier les fameux “changeurs de visages”. Les changeurs de visages sont des personnages portant des masques qu’ils changent en une fraction de seconde sans que l’on sache comment, dans un tourbillon de manche, une pirouette ou un pas de danse. Bluffant !

Quel magnifique moment, on peut dire qu’on en a pris plein les yeux et que l’on n’a pas été déçus de cet aperçu des traditions et de la culture chinoises.

15_08_18-opra.jpg
Couleurs, lumières, costumes… on en prend plein les yeux !

 

Retrouvez les photos correspondantes ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>