Kirghizistan nous voilà !

Après un passage de frontière sans encombre, nous voilà arrivés à Osh. Le temps de se reposer 2 nuits, de faire un tour de l’immense bazar et de ses curiosités (non sans oublier de flâner à travers le parc et ses nombreuses attractions pour petits et grands !) et d’un petit footing sur le Sulaiman-Too, nous prenons la route en direction de Bichkek en stop. Nous ferons une première halte au bord de la rivière Naryn dans la petite ville de Kara-Köl. Un joli bivouac de 2 jours au bord de la rivière, qui nous permettra de faire une belle randonnée vers le lac Toktogul. Une randonnée où une erreur de chemin nous a valu de galérer dans les hautes herbes et le dévers d’une montagne capricieuse… Heureusement, le col et sa vue plongeante sur les eaux azur viennent récompenser nos efforts. Nous gardons encore aujourd’hui les traces de la réaction allergique à une plante (vraisemblablement le peucédan – peucedanum officinale) sur nos gambettes innocentes. De plus, nous nous souviendrons que 2,5 litres d’eau pour 3 c’est trop peu pour 900 m de positif, avec une source dont on soupçonne l’existence mais qui ne se laisse pas dénicher facilement !   15_06_28 toktogul Remis de nos émotions, une pastèque, une toilette dans la rivière et une nuit plus tard nous reprenons le stop pour Bichkek. Nous sommes facilement pris  par un camion… qui crève au bout d’une heure de route ! Les garçons sont maintenant des pros pour changer une roue de camion, en 90 minutes chrono en s’y mettant à 3, c’est plus facile sur la 205 ! Nous traversons la magnifiques vallée du Suusamyr, où les jailoos (pâturage avec les camps de yourtes) fleurissent en ce début d’été. 15_06_29 vallee susamir Nous arrivons le soir à Bichkek, au rayon “patates et oignons” du dépôt du bazar principal de la ville, un joyeux chantier au milieu des autres camions. Nous planterons finalement la tente dans un parc fort accueillant, joli écrin de verdure plein de cachet(s)… Nous voici à pied d’œuvre pour la préparation de notre séjour en haute montagne dans le massif de l’Ala Archa, qui nous fait de l’œil depuis la terrasse de notre guesthouse. À Bichkek nous trouvons chez “Sport Expert” et dans le magasin d’en face, sur Mir Prospekt 200 m après la bifurcation de la ligne de trolley 11, tout notre bonheur en matériel de montagne (chaussures d’alpi, corde, broches à glace, piolets, coinceurs). Auparavant nous avions dévalisé Red Fox (une marque de matos, la photo de Poutine avec la panoplie vous accueille dans le magasin) pour les casques et crampons, mais malgré qu’ils soient mentionnés dans tous les guides, ils semblent être un peu juste en stock. Nous complétons la panoplie par des bâtons, des gants et du gaz chez “Alex”, sur Soviestkyy Prospekt, où il y a aussi pas mal de choses.

En redescendant par le glacier d'Ak-Say
En redescendant par le glacier d’Ak-Say

C’est parti pour 3 nuits à 3300 m d’altitude au camp de base de Ratsek ! Au programme de cette première session : prise de marques, sortie encordés avec les crampons sur le glacier d’Uchitel au milieu des pics qui culminent à plus de 4000 m. Les effets de l’altitude se font bien sentir, le premier jour sur place, après une pointe à 3750 m sur la moraine, nous nous sentons déjà bien attaqués au retour à la tente ! Il faut dire que les 1200 m de positif de la veille avec des sacs proches de 20 kg ont fait leur petit effet.  Les chèvres sauvages (chèvres des neiges ?) pointent le bout de leur nez et ne sont pas farouches. Les couchers de soleil sont magnifiques quoique nous nous sommes pris un bel orage de grêle qui a blanchi toute la vallée et les pics environnants que le soleil des jours précédent avait dégarni de leur couverture blanche.

 

15_07_04 camp ratsek

 

Nous redescendons le temps d’une nuit pour nous approvisionner en nourriture et nous voilà repartis pour 4 nuits cette fois dans les montagnes. Au programme : le pic Uchitel à 4540 m d’altitude dans des conditions de rêve quoique un peu couvert sur la crête finale, une nuit à quasi 4000 m d’altitude dans une cabane en tôle sur la moraine du glacier d’Ak-Say, un monde à part, forteresse de séracs avec son enceinte de 500 à 800 mètres de parois aux allures verticales. Nous confirmons notre acclimatation et notre bonne forme avec une sortie sur la “couronne” du pic du même nom (Korona) sur son glacier, la hauteur de l’isotherme ici et les conseils d’un guide letton nous incitent à mettre le réveille à 2h30 pour profiter des moins mauvaises conditions de neige possibles. Le levier de soleil dans un ciel sans nuage sur les arêtes de l’Ala Archa restera gravé dans nos mémoires… 15_07_05 glacier korona Une semaine de haute montagne pour le plaisir de nos poumons qui se sont bien acclimatés, de nos yeux qui se sont bien régalés, de nos jambes qui sont bien décrassées, de notre matériel qui est rôdé ! Nous sommes prêts pour la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>