#2 Sport’Trait d’Asie : l’Oural !

Deuxième épisode de Sport’Trait d’Asie ! En route pour 10 jours d’observation des activités physiques et sportives dans l’Oural.

Lorsque nous arrivons à Zlatoust en vue d’un trek de quelques jours dans le parc national Taganaï, nous ne savons pas à quelle sauce nous allons être mangés. À vrai dire nous nous attendons à patauger dans la neige, progressant à la boussole sur la base de quelques repères aléatoires, dans un silence et une solitude insondables… FAUX !

 


Une compétition d’escalade bien particulière…

Nous arrivons pendant le briefing d’Aleksander, membre du club de sports de montagne de Zlatoust. Il se tient au pied des éboulis menant à la falaise, devant une assistance de plus de 50 personnes. Derrière lui, une plaque fixée dans la roche, d’aspect récent. Il s’agit à l’évidence du portait de 2 alpinistes disparus…

Nous retrouvons Aleks et Lean, une jeune grimpeuse qui parle anglais, ainsi que quelques spectateurs au pied des voies, 2 lignes en 5b/5c d’une trentaine de mètres. Quelques banderoles nous apprennent que l’évènement, organisé par le club, est co-financé par un sponsor et par le parc national.

Merci à Lean, Aleks et tous ceux qui ont répondu à nos questions !
Merci à Lean, Aleks et tous ceux qui ont répondu à nos questions !

 

C’est la première fois qu’une compétition d’escalade est organisée dans la région. Environ 25 grimpeurs ont fait le déplacement, parfois dans un rayon de 200 kilomètres, c’est une réussite !

Il faut dire qu’ici, on grimpe sur l’une des roches les plus anciennes du monde, formée il y a près de 300 millions d’années. Prenez une falaise d’orientation sud-est perchée à 800m d’altitude avec un beau panorama sur Zlatoust, ses lacs, et les forêts de résineux sans fin, saupoudrez d’un beau soleil de printemps et ajoutez le ruissellement de l’eau de fonte, et vous obtenez une magnifique journée pour grimper !

Un bilan d’ores-et-déjà positif qui revêt une dimension émotionnelle toute particulière…

Nous avons pris l’initiative de cette compétition en mémoire du père de Lean et d’un autre ami qui y sont restés lors d’une expédition au Népal, sur les flancs de l’Ama-Dablam l’année dernière. Nous étions au camp 4 à 6000 mètres d’altitude, seuls 3 d’entre nous sont redescendus… suite à des complications cardiaques dues à une mauvaise acclimatation à l’altitude.

"Souvenez-vous"
« Souvenez-vous »

 

Un témoignage qui incite encore une fois à rester humble face aux défis que nous lance la montagne. Ces alpinistes étaient très chevronnés, avec plus de 20 ans d’expérience et plusieurs 7000 à leur actif au Kirghizistan, Tadjikistan, Népal, Tibet, et de nombreux sommets à 4000 m ou supérieurs dans le Caucase, l’Altaï en Russie, Aksu au Kazakhstan, l’Ala Archa au Kirghizistan, en plus d’un entrainement quotidien dans les conditions très exigeantes de l’Oural.

Retour en vidéo sur l’événement :

 

 


 

Treks à la russe !

Petit pique-nique sur le pouce ;)
Petit pique-nique sur le pouce ;)

 

 

Durant ces 4 jours dans le parc Taganaï, nous avons été les témoins chanceux d’une véritable institution pour les habitants de l’Oblast de Tcheliabinsk ! Autour d’un bon feu de camp entre 2 chants, Yuri et toute la bande nous mettent au parfum :

 

 

 

 

Ici, on profite chaque année des jours fériés du 1er et du 8 mai pour venir camper en famille ou entre amis. On est bien chargés car on emmène tout le nécessaire pour faire un bon repas bien arrosé, le feu de camp, et bien sûr le banya !

 

Préparatifs pour 2 jours de descente de la rivière Belaya
Préparatifs pour 2 jours de descente de la rivière Belaya

En effet, c’est la première fois que nous voyons des sacs de 125 litres, et ils sont pleins à craquer ! C’est également la première fois que nous voyons un abri construit avec une bâche, dans lequel on met des pierres chauffées dans le feu pour y rester quelques minutes avant de se jeter dans le ruisseau : с’лёхким паром! Comme nous l’avons vu par la suite chez Olga et Yuri à Beloretsk, ces mises au vert peuvent aussi se faire sous forme d’une descente de rivière.

 

(NB : au début, nous étions dubitatifs quant à l’équipement des russes et leurs bottes en caoutchouc. Au bout d’une heure, nous étions prêts à échanger sans barguigner leurs bottes contre nos chaussures gore-tex machin-chose. Car 30 cm d’eau, c’est humide).

Pour ce second épisode de Sport’Trait d’Asie, d’autres éléments nous ont intéressés. Pour en savoir plus, cliquez ci-dessous et accédez à la page 2 :

Pages: 1 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>